Réactions de Boubacar GAYE, Président du CNP Triathlon

Réactions de Boubacar GAYE: « Nous sommes dans une phase de promotion »

Nous avons clôturé la saison 2016 avec la compétition de duathlon qui est une variante du triathlon sans la natation donc c’est la course à pied et le cyclisme tout comme on aurait pu organiser l’aquathlon qui implique la natation et la course à pied sans le vélo. Ce sont toutes ces disciplines assimilées qui sont dans les prérogatives de la Fédération internationale de Triathlon.

Nous sommes dans une phase de promotion et il est clair qu’à partir de l’année prochaine, les choses vont être beaucoup plus claires. Car on ne peut pas être vice-champion d’Afrique et ne pas faire les choses d’une manière un peu plus claire. C’est pour dire qu’à partir de la saison 2018, nous allons organiser des compétitions dans le respect strict de la règlementation.

Nous sommes satisfaits parce que nous avons pu respecter le calendrier et organiser le nombre de journées qui étaient programmées. Le nombre de pratiquants a également augmenté au fil des journées ; ce qui était un motif de satisfaction pour le Cnp de Triathlon.

Pour la présente saison, nous allons reconduire le même schéma qui va démarrer le 23 avril. Et c’est le Cap Skiring qui va accueillir cette manifestation à laquelle nous allons inviter des athlètes du Cap-Vert, de la Gambie et de la Guinée et peut-être de la Guinée-Bissau.

Nous irons ensuite à la Somone, dans le département de Mbour puis à Gandiol (Saint-Louis) et à Lompoul dans la région de Louga.

Et cela nous permet de décentraliser nos activités. Naturellement, nous allons organiser à Dakar où il y a un plus grand nombre de club.

Sur le plan international, en avril, un camp d’entrainement pour les jeunes nés entre 2001 et 2002 se tiendra.

Ce camp sera organisé en perspective des Jeux et la Confédération africaine nous accompagne.

Nous avons 14 clubs enregistrés et nous sommes présents dans quatre régions. Pour les licenciés séniors, nous en comptons plus de 200 et une soixantaine chez les U16. Je n’ai pas toutes les statistiques mais nous prenons les jeunes à partir de leur âge réel parce que nous sommes très exigeants à ce niveau. Nous voulons avancer mais sûrement pour ne pas connaitre des désagréments. Parce que les critères d’âge sont très respectés au niveau international.

Les difficultés, c’est principalement, les problèmes de moyens. Le triathlon est une nouvelle discipline qui nécessite beaucoup de moyens pour son organisation. Maintenant nous allons travailler pour mériter la confiance des autorités. Les gens attendent de voir les résultats pour mettre les moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *